Benoît & Thomas vont révolutionner la formation en Marketing !

Aujourd’hui, un article qui parlera de mon frère Benoît et de son ami Thomas (aussi appelé son associé) car ils veulent se lancer dans la belle aventure de entrepreneuriat et que ça mérite bien un petit coup de projecteur. Leur concept part des constats suivants :

  • Les étudiants font des études économiques (business plans, …) sur des cas théoriques peu motivants et pas toujours valorisants,
  • Les entreprises n’ont pas le temps/pas l’argent pour lancer des études marketing pour leurs idées,
  • Les professeurs, véritables experts, encadrent les étudiants mais n’ont pas l’opportunité d’amener la pratique du terrain dans leurs cours.

Et leur solution est simple : mettre ces 3 intervenants en relation pour proposer aux sociétés des services Marketing (Business plan, étude de marché, aide au lancement de produit, communication, etc…) à prix réduits. Ces études seraient réalisées par les étudiants comme travaux de groupes concrets, indispensables à leur formation et dont la qualité serait assurée grâce aux connaissances et à l’expertise des professeurs et professionnels encadrants.

L’intégralité des travaux exécutés seraient, de plus, valorisables par les étudiants sur leur CV. Ils auraient donc, à la sortie de leurs études, une expérience professionnelle à mettre en avant pour trouver un emploi !

Qui sont-ils ?

Thomas & Benoît - Adapt C&S
Thomas (à gauche) et Benoît (à droite)

Thomas Dossogne est étudiant en dernière année à l’Helmo St-Marie Économie section Marketing et Benoît est étudiant à l’IFAPME section comptabilité (formation en alternance).

Amis de longue date, ces deux jeunes gens sympathiques se lancent dans l’entrepreneuriat à 22 ans. Ils sont très complémentaires ce qui permet à ce petit groupe de cumuler les qualités :

  • l’un est rigoureux, l’autre est plein d’idées,
  • l’un est plutôt « texte », l’autre est plutôt « chiffres »,
  • l’un accélère les décisions, l’autre est plus réfléchi,
  • l’un est pour les débats de fond et l’autre pour le compromis,
  • l’un est bon mangeur… et l’autre aussi 🙂 !

Les constats

En bon entrepreneurs, l’équipe a cherché un « problème » à résoudre. Ils ont donc été chercher les différentes impressions chez leur public.

Les problèmes des étudiants

Happy editor using tablet as team works behind her at large desk in office

  1. Les jeunes diplômés ont du mal à trouver un emploi et à se prévaloir d’une expérience en entreprise à la fin de leurs études.
  2. En Belgique, le modèle magistral prévaut largement dans nos cursus traditionnels.
  3. Les travaux de groupes sont identiques d’année en année, de groupes en groupes et les étudiants suivent les « tuyaux ».
  4. Les étudiants peuvent sortir de dernière année en ayant eu peu ou pas de contact avec le monde de l’entreprise. En marketing, il y a bien un stage qui permet une première prise de connaissance avec les entreprises mais qui ne peuvent pas toujours se prévaloir d’une expérience concrète, valorisable pour une interview.
  5. Les étudiants ne voient pas le lien entre les cours enseignés et la réalité des entreprises.

« Ma formation a du mal à être en phase avec les réalités de terrains ! » -Thomas

Les problèmes des professeurs

business meeting room

  1. Les étudiants sont difficiles à garder « connectés » au cours.
  2. Les étudiants sont peu ou pas motivés,
  3. Il est difficile d’obtenir des informations fiables qui permettent de faire les exercices pratiques du cours,
  4. Certains exercices ne sont plus en phase avec les pratiques actuelles des sociétés.
  5. Les étudiants sont de la génération hyper-connectée qui va chercher plein d’informations sur le net et demande au professeur de « tout savoir » et de pouvoir fournir des explications sur des cas concrets !

Les entreprises

Les entreprises, dans ce monde en évolution croissante, ont la nécessité d’innover. Cependant, surchargées par leur travail quotidien et à cause d’un manque de connaissance en interne et de moyens, les PMEs laissent un grand nombre de projets ou de nouveaux produits aux oubliettes.

  1. Le coût d’une étude de marché par un groupe de consultance peut être prohibitif, en particulier pour des projets/articles qui ne sont pas encore « mûrs ».
  2. Les startups et jeunes entrepreneurs peinent à trouver des sociétés qui font des études marketing à la carte (flexibilité et prix).
  3. Lorsqu’une entreprise prend un stagiaire, n’ayant pas toujours les connaissances en interne, elle a des difficultés à aiguiller/corriger le travail du stagiaire. De plus, la qualité du travail fourni est parfois discutable.

Leur idée en détail

wordle 10

« Je suis heureux d’être en formation en alternance car cela m’apporte l’expérience qu’une formation classique ne peut m’apporter ! » -Benoît

La comparaison entre l’expérience de Thomas (formation classique) et l’expérience de Benoît (formation en alternance) a mis au jour une série d’idées qui permettraient de mixer un peu tout ça !

Pour améliorer la formation des étudiants et leur permettre d’avoir une expérience de réalisation pour une entreprise, les travaux de groupe du cursus de marketing seraient transformés en « service et consultance » à prix réduit pour les entreprises.

Alors, forcément, il y a encore pas mal de travail pour trouver les entreprises intéressées et arriver à promouvoir l’offre de service auprès des entrepreneurs et PMEs, arriver à structurer les cours pour que ceux-ci puissent admettre ces exercices pratiques, s’assurer de la coordination des étudiants et gérer les contrat-types et les relations avec les entreprises, mais Rome ne s’est pas faite en un jour et on leur souhaite bonne chance !

Pourquoi ça peut marcher ?

Actuellement, l’enseignement dans sa forme actuelle fait énormément débat et des reformes sont demandées dans tous les secteurs. Par exemple, un extrait d’un article d’un étudiant en droit :

De telles réformes viseraient à rendre l’étudiant acteur principal de sa formation et à soumettre la théorie acquise à la pratique considérée dans sa globalité. A plus long terme, elles sont indubitablement une condition non négligeable au façonnement, dans le chef de notre jeunesse, d’un esprit critique et dynamique essentiel pour affronter les défis futurs de notre société.

http://www.levif.be/actualite/belgique/quel-modele-pedagogique-pour-notre-enseignement-superieur/article-opinion-454691.html

De plus, ce concept fonctionne déjà dans d’autres pays, ainsi que d’autres facultés.

Parlons par exemple du cas de Nhitec, la junior entreprise qui met en relation des étudiants de la faculté des Sciences Appliquées de l’Université de Liège et des sociétés pour la création de site web, études d’électronique, d’électricité, de génie civil et mécanique. Seul bémol, les travaux sont faits en plus du programme de cours normal et donc les étudiants participent sur base d’une motivation personnelle. L’encadrement de cette activité est entièrement fait par les étudiants.

Conclusions

Adapt_resume

Félicitations à Thomas et Benoît qui, plutôt que de verser dans le fatalisme veulent proposer une solution innovante de formation en relation avec les entreprises ! Nous les laissons aujourd’hui à leur étude de faisabilité, mais qui sait, demain, des entrepreneurs avertis et une société Adapt Consulting & Services ! Merci au Venture Lab de les soutenir au quotidien et de les aider à aller de l’avant !

Si vous souhaitez les contacter pour en savoir plus sur le projet, prenez contact avec Thomas sur linkedin :

thomas

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s