Impression 3D : Let’s METAL !

lecoqwallon (4)
La sculpture du Coq Wallon est réalisée grâce à l’impression 3D métallique !

Aujourd’hui, nous parlerons de Métaaaaaaaaaal ! Et, je ne parle pas ici de la musique que j’apprécie particulièrement, mais de techniques d’impression 3D qui permettent d’obtenir un résultat en acier, en cuivre, en bronze, en titane et tant d’autres !

Si vous êtes un peu perdus, n’oubliez pas de relire les articles précédents sur la fabrication des pièces via l’impression 3D !

Frittage sur métal !

Cette technique d’impression 3D est identique à celle que je vous ai déjà présentée sur le plastique : les couches successives de poudre sont fondues à l’aide d’un laser (ou un faisceau d’électrons). Cependant, à la place de faire fondre des billes de plastique, on fait le même travail avec de la poudre métallique : le titane en particulier se prête bien à cette technique !

laser_sintering - Copie

« Impression » métallique en 3 dimensions : Bronze-Inox

Cette technique-ci est semblable à l’impression 3D « couleur » expliquée le mois dernier.

acier

1. L’impression à proprement parler : durant cette étape le travail est réalisé couche par couche.

Une fine couche de poudre d’acier inoxydable est posée sur le plan de travail, la machine vient imprimer un motif, qui correspond à une couche du modèle. « L’encre » utilisée est en fait un liant qui va fixer la poudre d’inox ensemble. Une nouvelle couche de poudre est ajoutée sur le plan de travail, et l’imprimante recommence son procédé jusqu’à la finalisation de la pièce.

A la fin de cette étape, on obtient une pièce dite « verte » qui a la forme finale de votre pièce mais est poreuse (40% de porosité) et fragile car elle ne tient que grâce au liant.

Exemple de pièce verte
Exemple de pièce « verte » (green state)

2. Déliantage et préfrittage: durant cette étape de travail, la pièce dite « verte » de l’étape précédente est placée dans un four.

La pièce est cuite à très haute température pour permettre de supprimer le liant (imprimé précédemment) et aux grains d’acier inoxydable de fusionner ensemble. La pièce obtenue est une pièce dite « brune », elle est toujours poreuse mais ne contient que de l’acier inoxydable.

3. Infiltration en bronze : durant cette étape de travail, la pièce dite « brune » de l’étape précédente est placée dans un four dans lequel des lingots de bronze ont été placés. Le bronze fond dans le four et vient infiltrer la pièce en inox par capillarité.

La pièce obtenue est une pièce en bronze inox, elle est dense à 100% et peut subir les traitements de surface spécifiques du bronze.

Infiltration en bronze
Exemple du résultat à la sortie de la cuve d’infiltration au bronze.
Réalisation du Coq Wallon

Autres artistes utilisant cette technique

  • Bathsheba Grossman est une artiste américaine qui réalise des statues basées sur des fonctions mathématiques.
  • Serge Huysmans, de la société Art et Sculpture, est sculpteur, mouleur et designer, spécialisé dans les créations personnalisées.
  • Driessens et Verstappen sont un couple d’artistes néerlandophones qui ont réalisé une série de sculptures nommées « Breeds » avec la même technique.

Encore une autre méthode de fabrication : technique hybride par cire perdue !

Je vous donne rendez-vous en avril pour l’explication de cette technique qui est une merveilleuse combinaison entre la technologie d’impression 3D (pour la cire) et la méthode par cire perdue (méthode ancestrale).

6 thoughts on “Impression 3D : Let’s METAL !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s